View the printer-friendly version of this release.
Province of British Columbia
NEWS RELEASE
For Immediate Release
2019LBR0015-000823
April 30, 2019
Ministry of Labour
Restoring fairness and stability to British Columbia’s worksites
A new French translation is available, as well as Punjabi and traditional Chinese
(disponible en français en bas de page)

VICTORIA – Greater protections for workers, job security, labour rights and stability for employers are the focus of amendments to the Labour Relations Code.

“For many years, B.C.’s workers have seen employment rights and job security seriously threatened. And yet the Labour Relations Code hasn’t had a substantive review since 1992,” said Harry Bains, Minister of Labour. “Between rapidly evolving workplace environments and a concerted attack on labour protections, too many hard-working people are struggling to get ahead or plan a future for themselves and their families.

“By bringing in changes to the Labour Relations Code, we will ensure better protection of collective bargaining rights for workers in British Columbia and promote more stable and harmonious labour relations for employers and unions.”

The changes to the Labour Relations Code support the recommendations put forward by an independent review panel after a thorough public consultation and engagement process last year with labour organizations, businesses, industry, individual people and legal professionals.

These amendments are an important step forward in restoring fairness to labour relations in B.C. This includes ensuring workers, who have built up fair wages and job security over years of hard work and dedication, do not see those stripped away when contracts are re-tendered.

“These amendments to the Labour Relations Code are critical to improving working and caring conditions in nursing homes and in our hospitals,” said Jennifer Whiteside, secretary-business manager, Hospital Employees’ Union. “By expanding successorship protections to include the retendering of contracts by health authorities and care-home operators, frontline health-care workers will be more secure, while seniors and patients will benefit from more stability and less staff turnover.”

To ensure the Labour Relations Code continues to meet the needs of workers and employers, an independent review of the code will now be required at least every five years.

Improving fairness for workers and ensuring balance in workplaces are shared priorities between government and the BC Green Party caucus, and are part of the Confidence and Supply Agreement.

Learn More:

To read more about the public engagement on the Labour Relations Code, visit: https://engage.gov.bc.ca/govtogetherbc/impact/labour-relations-code-review-results/

Recommendations for amendments to the Labour Relations Code report: https://engage.gov.bc.ca/app/uploads/sites/121/2018/10/Labour-Relations-Code-Review-Panel-Report-1.pdf

A backgrounder follows.

To read the release in Punjabi, visit: https://news.gov.bc.ca/files/2019_RestoringFairnessLRCode_PJ.pdf

To read the release in traditional Chinese, visit: https://news.gov.bc.ca/files/2019_RestoringFairnessLRCode_TC2.pdf

 
Contact:
 
Media Relations
Government Communications and Public Engagement
Ministry of Labour
778 698-8964
 

 
Province of British Columbia
BACKGROUNDER
For Immediate Release
2019LBR0015-000823
April 30, 2019
Ministry of Labour
Labour Relations Code amendments
(disponible en français en bas de page)

The Labour Relations Code establishes the relationships between organized labour and management — how workers join unions, how employers and unions interact, and how collective bargaining disputes are resolved.

The code was first established in 1973 and has not seen a substantive public review since 1992.

In February 2018, Bains appointed an independent three-member panel to undertake consultations and a review of the code and provide recommendations on updates to support a sustainable economy with fair laws for both workers and businesses.

The review panel submitted its report, Recommendations for Amendments to the Labour Relations Code, to government with 29 recommendations for updating the code or policies.

Government proposes amendments to the Labour Relations Code to act on the recommendations. Highlights include:

Successorship (contract flipping)

  • Extend successorship protection to re-tendering of service contracts in specific areas:
    • building cleaning/janitorial services;
    • security services;
    • bus transportation services;
    • non-clinical services in the health care sector; and
    • food services.

Union certification

  • Provide the Labour Relations Board with broader discretion to impose union certification when an employer is found to have unduly interfered with the certification process.
  • Shorten the requirements for the time between an application for union certification and an employee vote — from 10 days to five business days.

Raids

  • Reduce the divisiveness and disruption to employers, unions and employees by modifying the open periods in which one union can raid another, to provide a more balanced approach and be more consistent with other Canadian jurisdictions.
  • Current legislation allows for raids to occur in the seventh or eighth month of each year of the collective agreement. The amendments will amend the period of raids as follows:
    • For collective agreements of three years or less, raids may occur in the seventh or eighth month of the last year of the agreement.
    • For collective agreements of more than three years, raids may occur in the seventh or eighth month of the third year of the agreement, and in each subsequent year.
    • In the construction sector, however, raids will be allowed in July and August of each year, rather than the seventh or eighth month in later years of the agreement. This reflects the seasonal nature of construction work, with most workers represented during summer months.

Education as an essential service

  • Remove references to educational programs as “essential services” in recognition of the 2015 Supreme Court of Canada ruling that the right to strike is constitutionally protected, and that essential services are limited to a “clear and imminent threat to the life, personal safety or health of the whole or part of the population.”
  • The Labour Relations Board will continue to have discretion to establish essential services in the education sector if a dispute poses a threat to the health, safety or welfare of the residents of B.C.
 
Contact:
 
Media Relations
Government Communications and Public Engagement
Ministry of Labour
778 698-8964
 

 
Colombie-Britannique
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
2019LBR0015-000823
30 avril 2019
Ministère du Travail
Renouer avec l’équité et la stabilité dans les milieux de travail en Colombie-Britannique
Document aussi disponible en pendjabi et en chinois traditionnel

VICTORIA – Plus de protection pour les travailleurs, la sécurité d’emploi, les droits des travailleuses et des travailleurs et la stabilité pour les employeurs sont au cœur des modifications apportées au Labour Relations Code (Code des relations du travail).

« Pendant plusieurs années, les travailleurs de la Colombie-Britannique ont vu leurs droits et leur sécurité d’emploi gravement menacés. Et malgré cela, le Labour Relations Code n’a pas fait l’objet d’une révision en profondeur depuis 1992, a déclaré le ministre du Travail, Harry Bains. Entre des environnements de travail qui évoluent rapidement et une attaque concertée des mesures de protection du travail, trop de gens qui travaillent fort doivent se lutter sans cesse pour s’en sortir et pour planifier leur avenir et celui de leur famille. » 

« En apportant des changements au Labour Relations Code, nous assurerons une meilleure protection des droits acquis dans le cadre de conventions collectives pour les travailleurs de la Colombie-Britannique et nous favoriserons des relations de travail plus stables et plus harmonieuses pour les employeurs et pour les syndicats », a ajouté M. Bains. 

Les changements au Labour Relations Code appuient les recommandations mises de l’avant par un groupe d’experts indépendants à la suite d’une vaste consultation publique et d’une démarche de mobilisation entreprise l’an dernier auprès d’organismes du secteur du travail, d’entreprises, d’industries, d’individus et de professionnels du domaine juridique.   

Ces modifications constituent un pas important vers le retour à l’équité dans les relations de travail en Colombie-Britannique. Elles permettront notamment de s’assurer que les travailleuses et les travailleurs qui sont parvenus à obtenir un salaire équitable et la sécurité d’emploi après des années d’efforts et de dévouement ne voient pas leurs acquis amputés lorsque de nouveaux contrats de travail sont négociés.   

« Ces changements au Labour Relations Code sont essentiels pour améliorer les conditions de travail et de prestation de soins dans nos maisons de soins infirmiers et nos hôpitaux », a souligné Jennifer Whiteside, secrétaire et administratrice de l’Hospital Employees' Union, le syndicat des employés de centres hospitaliers. « En élargissant la protection des successeurs de façon à inclure le renouvellement des appels d’offres par les autorités de la santé et les exploitants de maisons de soins infirmiers, les travailleuses et les travailleurs de première ligne du secteur de la santé profiteront d’une meilleure sécurité d’emploi, alors que les aînés et les patients profiteront de plus de stabilité et de moins de roulement de personnel. »  

Pour faire en sorte que le Labour Relations Code continue de répondre aux besoins des travailleurs et des employeurs, un examen indépendant du Code sera désormais réalisé tous les cinq ans, au minimum.  

Améliorer l’équité pour les travailleuses et les travailleurs et veiller à assurer un équilibre dans les milieux de travail sont des priorités communes du gouvernement et du caucus du BC Green Party qui s’inscrivent dans le cadre de la Confidence and Supply Agreement (entente de confiance et d’approvisionnement).

Un document d’information est joint à ce communiqué.

Pour en savoir plus :

Pour plus de renseignements sur l’engagement public et sur le Labour Relations Code, consultez https://engage.gov.bc.ca/govtogetherbc/impact/labour-relations-code-review-results/

Rapport contenant les recommandations de modifications au Labour Relations Code : https://engage.gov.bc.ca/app/uploads/sites/121/2018/10/Labour-Relations-Code-Review- Panel-Report-1.pdf

 
Renseignements additionnels:
 
Ministère du Travail
Relations avec les médias
Communications gouvernementales et engagement public
778 698-8964
 

 
Colombie-Britannique
FICHE DE RENSEIGNEMENT
Pour diffusion immédiate
2019LBR0015-000823
30 avril 2019
Ministère du Travail
Changements apportés au Labour Relations Code

Le Labour Relations Code (Code des relations du travail) régit la gestion des relations entre les travailleurs et les dirigeants – comment les travailleurs adhèrent à un syndicat, comment interagissent les employeurs et les syndicats et comment sont résolus les différends dans le cadre de négociations de conventions collectives.

Le Code a été créé en 1973 et n’a pas fait l’objet d’une révision significative depuis 1992.

En février 2018, le ministre du Travail, Harry Bains, a désigné un groupe d’experts indépendant formé de trois membres, afin qu’il entreprenne des consultations et un examen du Code, puis formule des recommandations en vue de mises à jour visant à favoriser une économie durable et des lois équitables pour les travailleurs et pour les entreprises. 

Ce groupe d’experts chargé de l’examen du Code a remis son rapport et des recommandations de modifications au Labour Relations Code au gouvernement. En tout, 29 recommandations ont été formulées en vue de la mise à jour du Code ou de ses politiques.

Le gouvernement propose des modifications au Labour Relations Code pour se conformer à ces recommandations. En voici quelques faits saillants.

Obligations du successeur (transfert de contrat)

  • Élargissement de la protection lors de la succession aux nouveaux appels d’offres de contrats de service dans des domaines particuliers : 
    • services d’entretien et de nettoyage d’immeubles/de conciergerie;
    •  services de sécurité;
    • services de transport par autobus/autocar;
    • services autres que cliniques dans le secteur de la santé; 
    • services alimentaires.

Accréditation syndicale

  • Octroi d’un pouvoir discrétionnaire plus important au Labour Relations Board (Conseil des relations du travail) lui permettant d’imposer l’accréditation syndicale si l’on constate qu’un employeur a nui indûment à la démarche d’accréditation.
  • Diminution du délai entre la demande d’accréditation syndicale et le vote des employés à ce sujet, qui passera de 10 jours à cinq jours ouvrables.

Maraudage syndical

  • Réduction de la discorde et des perturbations pour les employeurs, les syndicats et les employés par la modification des périodes ouvertes au cours desquelles les syndicats peuvent effectuer du maraudage, afin d’assurer une démarche plus équilibrée et mieux harmonisée à ce qui prévaut dans les autres provinces et territoires canadiens.
  • La Loi actuelle permet le maraudage au cours du septième et du huitième mois de chaque année de la convention collective. Les modifications apportées modifieront les périodes de maraudage comme suit :
    •  pour les conventions collectives de trois ans ou moins, le maraudage pourra avoir lieu au cours du septième et du huitième mois de la dernière année du contrat;   
    • pour les conventions collectives de plus de trois ans, le maraudage pourra avoir lieu au cours du septième et du huitième mois de la troisième année du contrat, puis chaque année par la suite.
    • Dans le secteur de la construction toutefois, le maraudage sera permis en juillet et en août de chaque année au lieu du septième et du huitième mois des dernières années de la convention collective. Le tout vise à refléter la nature saisonnière du travail dans le secteur de la construction, pour lequel la plupart des travailleurs sont représentés au cours des mois d’été.

L’éducation en tant que service essentiel

  • Retrait de la mention voulant que les services d’éducation soient des « services essentiels » en reconnaissance de la décision rendue en 2015 par la Cour suprême du Canada voulant que le droit de grève soit protégé par la Constitution et tenant pour essentiels les services qui préviennent une « menace évidente et imminente pour la vie, la sécurité et la santé dans tout ou partie de la population ». 
  • Le Labour Relations Board continuera d’avoir le pouvoir discrétionnaire nécessaire à l’établissement de services essentiels dans le secteur de l’éducation si un conflit constitue une menace pour la santé, la sécurité ou le bien-être des résidents de la Colombie-Britannique.  
 
Renseignements additionnels:
 
Ministère du Travail
Relations avec les médias
Communications gouvernementales et engagement public
778 698-8964
 

 
Connect with the Province of B.C. at: news.gov.bc.ca/connect